Recherche

Stéphanie de 11h à 13h00 lundi, mardi, mercredi, vendredi sur Zénith fm 87.7

Administrateur Administrateur
Stéphanie nous donne à voir, et entendre la voix des acteurs locaux.
Chaque fin de matinée, elle nous parle de ceux qui font le Pays

Un regard sur le local et l'atypique
Une note sur le programme du jour et le programme à venir,
Au sommaire...
Les associations ou la circulation de la parole: découvrez la vie des associations qui vous entourent.
Les projets de votre Pays ou Communauté de communes
Voyage hors de nos sentiers
Un regard sur le monde
Le lien entre votre territoire et l'International...
Votre Pays et l'environnement
Ecologie
Le portrait de votre voisin
Ceux qui se démarquent et qui ne tournent pas en rond sur les platines commerciales...
Les suggestions de l'animatrice



RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile

Mon Coup de coeur

Voyage de l'esprit: ciné, littérature...

L'argent fait-il le Bonheur ?
Emission avec Claudia SENIK, professeur à l'Université Paris-IV Sorbonne, prochaine invitée de l'association le Kiosque citoyen Rennes Lundi 29 Septembre


Emission sur le Bonheur : qu'est-ce qui nous rend heureux ?
Qu'est ce qui nous rend heureux ?

Vivre d'amour et d'eau fraîche ?...Non, ou du moins pas seulement...à en croire l'étude menée par Claudia SENIK et Andrew CLARK , Directeur de recherche au CNRS.

Loin des beaux clichés, nous nous comparons aux autres, et nous jugeons alors en fonction notre Bonheur.

L'argent ? oui, mais c'est aussi un "outil psychologique" qui nous situerait par rapport aux autres.
L'argent ne pourrait apporter le Bonheur que si les autres n'en gagnent pas plus !

Rencontrez Claudia SENIK le Lundi 29 Septembre avec l'association le Kiosque Citoyen de Rennes.
et écoutez Panoramix Vendredi 26 Septembre à partir de 11 hrs sur le 91.9 et le 87.7 Zenith FM.


Conférence-débat organisée par le Kiosque Citoyen
18h30, Campus de Rennes 2 Villejean, Place du Recteur Henri Le Moal,
35000 Rennes - Bâtiment E, Amphi E3 (1er étage).
" L'argent ne fait pas le bonheur ? "
Claudia SENIK
Professeur à l'Université Paris-IV Sorbonne
Chercheur à l'Ecole d'Economie de Paris (Paris School of Economics)
Membre de l'Institut Universitaire de France.
Andrew CLARK
Directeur de recherche au CNRS.


"Le Président de la République a réuni un collège d'économistes prestigieux, présidé par un prix Nobel, Joseph Stiglitz, pour réfléchir aux indicateurs les mieux à même de mesurer le bonheur.
Le célèbre PNB, Produit National Brut, laissera-t-il place à un indicateur de BNB, Bonheur National Brut? Pourquoi pas, mais en quoi consisterait ce nouvel index ?

Les Nations Unies, sous la caution d'Amartya Sen, autre prix Nobel membre de la commission Stiglitz, ont proposé un nouvel indicateur de «développement humain», qui donne un poids égal au PNB, à la santé et à l'éducation. Le classement des Nations Unies place l'Islande au sommet de la hiérarchie suivant l'Indice de développement humain. Dans ce pays, certes magnifique, il fait nuit la moitié du temps; le tourisme et la pêche y tiennent une place primordiale; on y compte moins de trois habitants au kilomètre carré...

Ne peut-on mesurer le bonheur autrement ?
Une autre méthode, plus directe, consiste à analyser le bien-être subjectif déclaré par les individus lors d'enquêtes nationales: «sur une échelle de 1 à 5, sur quel échelon vous situez-vous en matière de bonheur ?». De tels scores existent déjà. L'économiste Richard Easterlina montré un résultat fascinant: depuis l'après-guerre, le score moyen de bonheur subjectif déclaré par la population est resté à peu près constant, malgré l'augmentation spectaculaire du revenu moyen dans les pays développés.

Comment est-ce possible ?
On note tout d'abord qu'au sein d'un pays, les riches sont plus heureux que les pauvres. Les habitants des pays riches sont également plus heureux que ceux des pays pauvres. L'argent semble faire le bonheur, finalement.
Cependant, deux facteurs viennent effectivement gâcher l'effet du revenu sur le bien-être subjectif: l'adaptation et les comparaisons. Au lieu de jouir de son niveau de vie, l'homme s'y habitue et espère davantage. Il se compare également à ses collègues, à ses amis, à ses voisins et évalue son bien-être à l'aune de celui de ses pairs. Finalement, la course au revenu est une illusion car la satisfaction que l'on en retire est relative à une aune qui elle-même se déplace.
Et pourquoi pas, si la course est en soi une source de bonheur ?

Psychologues, économistes et même neurologues ont mis en évidence le goût des individus pour la progression en tant que telle. Ceux qui ont été le plus heureux (qui connaissent le score de bien-être cumulé le plus élevé) sont ceux qui ont le plus souvent vécu ou même simplement anticipé une progression de leur niveau de vie. La poursuite de la croissance est peut être une illusion, mais elle est semble être constitutive de l'action humaine. En ce cas, pourquoi changer d'indicateur ? La croissance reste bonne à prendre. C'est son défaut qui rend malheureux."

source: Association le Kiosque Citoyen Rennes


Ecoutez dès maintenant le magazine ( cliquez sur la flèche de gauche ):

magazine_panoramix_sur_le_bonheur_1.mp3 magazine panoramix sur le bonheur 1.mp3  (3.19 Mo)

magazine_panoramix_sur_le_bonheur_2.mp3 magazine panoramix sur le bonheur 2.mp3  (3.61 Mo)

magazine_panoramix_sur_le_bonheur_3.mp3 magazine panoramix sur le bonheur 3.mp3  (2.2 Mo)


administrateur administrateur
Rédigé par administrateur administrateur le Mercredi 24 Septembre 2008 à 15:39

Galerie